Dactyliothecae Cataloniae : La herencia de P. F. H. d’Hancarville en una cornalina de la colección Domingo Bassols

Par Raimon Graells I Fabregat, chercheur-enseignant à l’Université d’Alicante.

Au XIXe siècle, la collecte de pierres gravées impliquait une condition sociale, des intérêts historiques et une connaissance de l’art ancien et de l’anticomanie cochonne.

Dans ce contexte, les œuvres de D’Hancarville sur les perversions des Césars à partir de pierres gravées était un exercice de transgression pour montrer des scènes sexuelles explicites en publications. Les faussaires, quant à eux, ont profité de ce livre et de ses illustrations pour créer une série de pièces aux motifs sexuels afin de satisfaire les amateurs du sujet et les collectionneurs de pierres peu préparés. Le cas présenté dans cet article est celui d’une pierre avec une procession en l’honneur de Priapus.

 

Lire l’article :  71_2012_Symbola Antiqvariae IV


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search