Archéologie du clitoris

Triangles, vulves creusées dans la roche, des inscriptions qui nous invitent à nous interroger sur les représentations symboliques du corps féminin et de son sexe.

Archéologie du clitoris, épisode 1, dans LSD, LA SERIE DOCUMENTAIRE, présenté par Perrine Kervran sur France Culture (21/09/2020).

Ecouter (55 min)

 

La Vénus de Willendorf, sculpture préhistorique, vénus callipyge aux formes épanouies a vu son image censurée sur Facebook en 2018, avant d’être enfin reconnue comme le chef d’œuvre du paléolithique. Le sexe féminin n’a peut-être encore de nom mais sa présence étincelle dans le ciel des divinités et dans les religions anciennes. Rite de fertilité, certainement, mais pas uniquement, un certain érotisme et apprentissage du corps féminin se dévoilent ainsi dans les poésies sumériennes – 4000 avant JC.

 

« Dans l’Antiquité grecque, c’est un autre terme qui s’est imposé qui était la nymphe. On a employé ce terme parce que le clitoris ressemblait à une jeune mariée cachée sous son voile. » Odile Fillod

 

Quels sont les premiers mots et évocations du clitoris au travers les siècles ? Selon la chercheuse indépendante, Odile Fillod, les plus anciennes descriptions détaillées de la vulve connues, datant du IIème siècle, mentionnent le clitoris, Soranos et Rufus d’Ephèse.

 

« Avec l’ouvrage de Georg Ludwig Kobelt en 1844, on voit des planches anatomiques extrêmement précises et un vocabulaire qui se fixe définitivement avec le terme bulbe vestibulaire, qui est encore le terme employé aujourd’hui. »  Odile Fillod

 

Le rôle de cet organe reste encore à définir. La double semence et l’éjaculation féminine encouragent croit-on la fécondité. La compréhension du corps via la dissection de ces parties, du fonctionnement des organes sont pris en tenaille entre différentes représentations existantes du corps.

 

« Georg Ludwig Kobelt affirme que, a priori, le vagin n’a à peu près aucune fonction dans le plaisir sexuel féminin. Il affirme que tout vient du clitoris. » Odile Fillod

 

Intervenants : 

  • Delphine Gardey, professeure d’histoire contemporaine à l’Université de Genève et directrice de l’Institut des études genre à la Faculté des sciences de la société.
  • Sylvie Chaperon, historienne, spécialiste d’histoire des femmes, du genre, et des origines de la sexologie.
  • Carole Fritz, archéologue, spécialiste de l’art préhistorique
  • Odile Fillod, chercheuse, conceptrice du modèle stylisé de clitoris en 3D
  • Laurent Valois, amateur d’archéologie et éditeur scientifique

 

Bibliographie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search