Les humeurs végétales : du lait, du sang, des larmes. Métaphore ou unité biologique ?

Par Sandra Jaeggi-Richoz, projet de recherche 2020-2022, FNS (postdoc early/HiSoMA, Université Lumière Lyon 2 (sous la dir. d’I. Boehm).

Vers la page du projet

La formation des êtres vivants est une problématique cruciale de la philosophie antique, mûrie en particulier dans deux œuvres majeures, celle des médecins hippocratiques et celle d’Aristote. Par-delà les divergences, leurs théories, vivaces jusqu’à l’époque moderne, manifestent une perspective ancienne commune ancrée dans la conception générale de la physis (nature) : l’embryologie et la croissance des organismes constituent un processus unique, caractérisé par la cuisson d’une portion de matière porteur d’une forme. Le développement des végétaux, apparemment plus facile à appréhender, fournit un modèle global de compréhension, comme l’ont établi divers travaux récents sur les mondes grec et romain. Ces derniers mettent en évidence l’idée selon laquelle la vie humaine est réglée d’après un système d’humeurs irriguant le corps à la manière de la sève dans les végétaux, et soulignent l’importance du vocabulaire emprunté au monde végétal pour penser la filiation et le lignage.

À partir de ces études d’anthropologie antique et d’ethnobotanique, ainsi que des travaux de lexicologie technique, en particulier sur les métaphores grecques dans le domaine médical et biologique nous souhaitons étudier le vocabulaire, la fonction et l’usage des fluides végétaux ou animaux (sève, suc, sang, lait, …). La physiologie végétale et en particulier la relation entre fluides animaux et fluide végétaux n’a pas fait l’objet d’étude approfondie. Notre hypothèse est que l’import-export de concepts au sein du champ biologique a opéré dans les deux directions : symétriquement au transfert souvent étudié de notions du végétal vers l’animal, les phénomènes de développement (formation et nourriture) des animaux, homme compris, ont fourni des cadres d’interprétation de la vie végétale. La confirmation de ce processus de transfert, pour les fluides, qui ont une double fonction thermique et nutritive, témoignerait d’une conception plus unifiée et moins simpliste des “règnes” naturels et du régime de la physis.

Pour vérifier cette hypothèse, nous procéderons (1) à une étude exhaustive et systématique de la terminologie relative aux fluides végétaux dans le corpus textuel médico-botanique antique. L’inventaire du lexique et des “plantes à sucs”, étudiés dans leur contexte nous permettra d’élaborer une base de travail (sous forme de base de données numérisée) pour des confrontations avec d’autres corpus secondaires (antiques) et l’élaboration de synthèses, et pour des recherches éventuelles d’autres chercheurs. Notre corpus principal comprend les traités botaniques, médicaux et philosophiques du Ves. av. J.-C. au IIes. ap. J.-C. (d’Hippocrate et Platon à Galien). Les corpus secondaires, dont le traitement sera plus ou moins fin selon les résultats obtenus ainsi que le temps restant pour cette tâche, sont les traités des agronomes latins, et les textes poétiques de la période considérée. Nous exploiterons principalement des bases textuelles consistantes en latin et grec (TLG, TLL-PHI), complétées par des éditions avec index, pour le traitement des occurrences des sucs de plantes (dont le nombre estimé par des sondages n’est pas considérable), et procéderons à des requêtes complexes (co-occurrences, import de contextes) sur les lemmes pertinents. Cette étude de la communauté des fluides vitaux n’est pas seulement lexicale et implique aussi une enquête linguistique (2), et une analyse des usages pharmaceutiques (3). Lorsque Théophraste ou Pline parlent du sang, de la peau, des os, de la moelle etc. des plantes, s’agit-il d’une “métaphore” ou d’une dénomination littérale ? La réponse à cette question passe par une étude littéraire et rhétorique des passages, mais aussi par une réflexion sur les usages (diététiques ou thérapeutiques) des fluides “homonymes” dans les textes.

Situé au carrefour de différents champs de recherche, allant de la linguistique antique à l’anthropologie du corps, en passant par l’histoire de la médecine et de la biologie, notre projet vise à éclairer la conception antique d’un phénomène à la fois fondamental et complexe auquel les sciences modernes apportent aujourd’hui des réponses qui renouvellent notre conception du monde et… font écho à des représentations antiques.

Cite this article as : Joy Rivault, Les humeurs végétales : du lait, du sang, des larmes. Métaphore ou unité biologique ?, Genitalia & Co,09/07/2020, https://genitaliaandco.hypotheses.org/148

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search